Comité Scientifique Consultatif

Le comité consultatif scientifique est dirigé par six experts réputés pour un mandat de 12 mois (avril 2022-2023), qui fournissent des conseils de haut niveau aux instances dirigeantes d'OMNI-RÉUNIS sur les thèmes des projets et les résultats de la recherche. Leur expertise s'étend de la modélisation des agents zoonotiques à l'épidémiologie, à la modélisation de l'évolution et de l'écologie, aux modèles pour aborder la santé publique et plus encore, ainsi que l'équité, la diversité, l'inclusion et la décolonisation.

Membres

Durée : 2022-2023

Dr Zhilan Feng

Purdue University

Zhilan Feng a étudié les mathématiques aux universités d'État de Jilin et d'Arizona, où elle a été doctorante avec Horst Thieme. Elle a été post-doctorante et chercheuse invitée avec Carlos Castillo-Chavez et Simon Levin aux universités Cornell et Princeton, respectivement, avant de rejoindre la faculté du département de mathématiques de l'université Purdue, où elle est devenue professeure titulaire en 2005. Elle est actuellement directeur du programme de biologie mathématique de la division des sciences mathématiques de la National Science Foundation. Elle a été élue membre de l'American Mathematical Society en 2021. Ses recherches comprennent la modélisation mathématique de l'écologie et de l'épidémiologie à l'aide d'équations ordinaires, partielles et intégro-différentielles. Bon nombre de ses projets de recherche avaient été partiellement financés par des subventions de la NSF, du CDC, de la Fondation James S. McDonnell et du Showalter Trust. Elle a supervisé 16 doctorats. étudiants de l'Université Purdue. Elle est co-auteur de trois livres et a publié plus de 100 articles sur la biologie mathématique et les mathématiques appliquées. Elle a été rédactrice en chef pour Journal of Theoretical Biology, Mathematical Biosciences, SIAM Journal of Applied Mathematics et Journal of Biological Dynamics. Elle est actuellement membre du conseil d'administration de SMB.

Dr Justin Remais

Université de la Californie

Les recherches du professeur Justin Remais font progresser les méthodes d'estimation des risques pour la santé résultant d'un large éventail de changements environnementaux, tels que ceux associés à l'urbanisation rapide, à l'industrialisation, aux changements dans les ressources en eau et à un climat changeant et plus variable. Son groupe de recherche à Berkeley a dirigé des projets mondiaux financés par les NIH et la NSF avec des partenaires en Chine, en Équateur et au Sénégal qui abordent des questions fondamentales concernant la propagation des maladies infectieuses et ce qui peut être fait pour interrompre leur transmission. Le professeur Remais a dirigé une équipe qui a publié des travaux fondateurs dans The Lancet sur les conséquences sanitaires - à la fois néfastes et bénéfiques - de l'urbanisation rapide en Chine, et son interaction avec le vieillissement de la population et d'autres tendances démographiques. Dans d'autres travaux, son groupe a été le premier à montrer que la famine induit des effets à long terme et intergénérationnels sur la transmission des maladies infectieuses (PNAS), et il a dirigé le premier effort de recherche international pour estimer le fardeau des maladies infectieuses attribuables à l'eau, à l'assainissement et à l'hygiène. à travers la Chine en présence d'un changement climatique (Nature Climate Change). Il dirige des recherches financées par la NSF et les NIH sur la dynamique de transmission du COVID-19 en milieu scolaire ; comment l'hydrodynamique et la dynamique sociale interagissent pour influencer la transmission des agents pathogènes d'origine hydrique en Équateur et en Chine ; et comment l'utilisation des produits agrochimiques influence la transmission des maladies parasitaires en Afrique de l'Ouest. L'autre recherche majeure financée par les NIH de son groupe développe de nouvelles approches pour simuler et optimiser les réseaux de surveillance afin de détecter les maladies infectieuses existantes et émergentes dans des conditions épidémiologiques et environnementales changeantes, en mettant l'accent sur les maladies diarrhéiques, le paludisme, la dengue, la leptospirose, la tuberculose et l'encéphalite japonaise. , schistosomiase et HFMD. Ses projets de recherche en Californie comprennent une enquête sur l'évolution de l'épidémiologie du virus du Nil occidental dans l'État et des recherches sur la propagation de la coccidioïdomycose par les cycles de sécheresse et de fortes pluies. Le professeur Remais a obtenu sa maîtrise en génie civil et environnemental et son doctorat en sciences de la santé environnementale de l'Université de Californie à Berkeley.

Dr Karine Chalvet-Monfray

VetAgro Sup (Lyon, France)

Le professeur Karine Chalvet-Monfray est vétérinaire et professeur ordinaire de statistique et d'épidémiologie à VetAgro Sup (Lyon, France) depuis 2013. Elle a obtenu un doctorat en biométrie en 1996 et l'habilitation à diriger des recherches médicales en 2006. Depuis 2015, elle est directrice adjointe de l'unité de recherche « épidémiologie des maladies animales et zoonotiques » à INRAE. Elle enseigne la modélisation des maladies infectieuses à la faculté de médecine (Lyon et Grenoble). Son sujet de prédilection est la modélisation des maladies infectieuses zoonotiques en lien avec l'environnement et la météo.

Dr John Edmunds

London School of Hygiene & Tropical Medicine, Université de Londres

Le Dr John Edmunds, OBE FMedSci est un épidémiologiste britannique et professeur à la Faculté d'épidémiologie et de santé des populations de la London School of Hygiene & Tropical Medicine. Edmunds a étudié à l'Imperial College de Londres où il a obtenu un doctorat en 1994 pour des recherches sur l'épidémiologie de l'hépatite B. Edmunds est spécialisé dans la conception de programmes de contrôle contre les maladies infectieuses, notamment la chlamydia, la pandémie de grippe porcine de 2009, le vaccin contre le VPH et la Épidémie de virus Ebola en Afrique de l'Ouest. En 2009, il a mis en place le projet annuel Flusurvey en ligne pour suivre l'étendue et l'évolution de la grippe saisonnière au Royaume-Uni. Edmunds est membre du groupe consultatif sur les menaces de virus respiratoires nouveaux et émergents (NERVTAG) et l'un des plus de 50 participants du groupe consultatif scientifique pour les urgences (SAGE) qui conseille le gouvernement britannique sur la pandémie de COVID-19. Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI), membre du conseil scientifique. Edmunds a été nommé Officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE) dans les honneurs du Nouvel An 2016, "pour ses services de lutte contre les maladies infectieuses, en particulier la réponse à la crise Ebola en Afrique de l'Ouest". Il a été élu membre de l'Académie des sciences médicales (FMedSci) en 2018.

Dr Lancer Stephens

Université d'Oklahoma

Lancer Stephens est membre des tribus Wichita et affiliées de l'Oklahoma par l'intermédiaire de son père et également à moitié Muscogee (Creek) par l'intermédiaire de sa mère. Le Dr Stephens est doyen associé pour la souveraineté, l'équité, la diversité et l'inclusion et professeur agrégé de recherche au Hudson College of Public Health où il enseigne des cours sur la santé des Indiens d'Amérique, la recherche éthique avec diverses populations et les facteurs sociaux et comportementaux du public. santé. Les intérêts de Lancer tournent autour de la santé des enfants, l'augmentation de la motivation pour des comportements sains, la diversité et son effet sur la prévention des maladies. Le Dr Stephens est fortement impliqué dans le développement et le soutien continu d'organisations à but non lucratif telles que la coalition Native Youth Preventing Diabetes (NYPD), l'Oklahoma Inter-Tribal Diabetes Coalition (OIDC) et l'Oklahoma Tribal Finance Consortium (OTFC), qui sont tous orientés vers une éducation, des ressources et des pratiques de prévention des maladies accrues dans l'ensemble des populations amérindiennes de l'Oklahoma. Le Dr Stephens sert également de nombreuses tribus à travers l'Oklahoma par le biais de conseils d'administration et de services communautaires pour renforcer davantage les relations de l'OU avec les nations tribales souveraines de l'Oklahoma et est un défenseur de l'amélioration de la recherche et des partenariats tribaux.

Dr Matt Keeling

Université de Warwick

Mes recherches portent sur les trois E : épidémiologie, évolution et écologie. Je m'intéresse particulièrement à la manière dont la structure spatiale, les hétérogénéités et la stochasticité affectent la dynamique émergente au niveau de la population ; en tant que tel, mon travail utilise un large éventail d'outils et de concepts de modélisation. Alors que les simulations à grande échelle jouent un rôle important dans mon travail, je suis également très désireux de développer des techniques de modélisation simples qui peuvent capturer la dynamique importante d'un système. Plus récemment, je suis devenu de plus en plus impliqué dans les conseils scientifiques pour la politique et la meilleure façon d'y parvenir.
Certains de mes intérêts incluent : le contrôle optimal de l'infection, la vaccination rentable, la prédiction pertinente pour les politiques, la dynamique vecteur-hôte, la dynamique immunologique intra-hôte, l'évolution de la maladie en réponse au contrôle, le changement climatique et démographique. J'avais travaillé sur un certain nombre d'infections dont : la grippe aviaire ; Tuberculose bovine chez le bétail ; Peste bubonique ; Infections infantiles (y compris la rougeole et la coqueluche); COVID-19 [FEMININE; fièvre aphteuse ; (saisonnière et pandémique) Grippe ; et une gamme de maladies tropicales négligées.
Pour plus d'informations sur mes recherches et celles de mon groupe voir la rubrique Epidémiologie de la page SBIDER.